Pourquoi je passe de Debian à ArchLinux (MAJ)

vignette

Rédigé par P3ter - - 22 commentaires

Très populaire, la distribution Debian a gagné le cœur de bon nombre d'admin sys. Et pour cause, elle est l'une des distributions les plus stable et l'une des plus simple a utiliser. Mais ce qui me plaît moins c'est les contraintes que génère cette stabilité. C'est pourquoi je passe à ArchLinux pour un usage serveur. Je vous explique dans cet article toutes les raisons de ce changement.


MAJ 09/10/2013 : Vu le débat que j'ai lancé (involontairement), j'ai ajouté, à la fin de l'article, quelques réponses aux commentaires que j'ai reçu.


Mais au fait, pourquoi Debian ?

Il y a plusieurs raisons au  succès de Debian. La première c'est la facilité d'utilisation qu'elle offre. Les gestionnaire de paquet est complet et simple à utiliser. Une fois installé, il n'y a presque que rien à faire pour que les services fonctionnent. Et de toute façon, la configuration est toute aussi simple. Les fichiers sont bien souvent très commentés.

Une autre raison, la plus souvent citée : la stabilité. Effectivement, une installation de Debian c'est stable. Pas de mauvaise surprise en cas de mise à jour des paquets. En terme de sécurité on est tranquille, les paquets étant proposés dans des versions fiables, stables et approuvés.

Troisième raison au succès de Debian, sont esprit fondamentalement libre. Aucune entreprise n'est derrière Debian, mais seulement une énorme communauté de bénévoles. Chaque décision est faite au sein de cette communauté, chacun peut y participer à sa manière. Aucun logiciel propriétaire n'est présent dans Debian ni dans ses dépôts officiels.

Dernière raison : l'abondance de documentation en tout genre que l'on trouve sur Internet. La distribution étant très utilisée, beaucoup de sites et de blogs sur le net lui sont dédiés. On y trouve des tutoriaux pour presque toutes les utilisations. Idéal quand on souhaite apprendre.

Ces raisons font de Debian une des distributions les plus utilisées sur les serveurs. Ses concurrents directs, sont RedHat et Cent'Os (basé sur RedHat, elle est très utilisée en tant que serveur web, j'ignore pourquoi...). RedHat, selon moi, voit son succès essentiellement lié au support technique, que propose l'entreprise du même nom à ses sociétés clientes. RedHat est libre mais pas gratuite, il faut se diriger vers Cent'Os pour avoir une "RedHat gratuite".

Et ArchLinux dans tout ça ?

C'est une distribution que j'ai découvert il y 3 ans à peine. Elle ma séduite pour 3 raisons (si on met de côté, l'aspect libre et communautaire, qu'on retrouve sur toutes les distributions qui ne sont pas gérées par des entreprises telles que RedHat ou Canonical).

Tout d'abord, ArchLinux à l'installation n'inclue que le strict minimum nécessaire à un système Linux. A savoir, le noyau, les outils de base (mkdir, ls, rm, etc), la gestion des utilisateurs, la gestion des services et un gestionnaire de paquet. C'est tout. Vous ne trouverez pas de client DHCP, de client SSH, ni même d'éditeur de texte et encore moins un environnement de bureau. Bien sûr, tout ceci peut-être installé par la suite.

La deuxième raison, c'est le fonctionnement en rolling release. Vous ne trouverez pas de version d'ArchLinux, puisqu'il n'y en a pas. Il s'agit d'une distribution qui évolue au fur et à mesure des nouvelles versions des paquets. Le concept et encore plus poussé que dans Debian Sid, puisque que chaque nouvelle version d'un paquet est immédiatement disponible pour ArchLinux. Par exemple, à chaque nouvelle version du noyau Linux, 1 ou 2 jours après, elle est disponible pour ArchLinux en faisant une simple mise à jour du système.

Et c'est d'ailleurs l'une des grandes force d'ArchLinux : son gestionnaire de paquets. Couplé avec le dépôt AUR et l'outil yaourt, on y trouve à peu prêt tout et la recherche y est simple et rapide. C'est pour moi le meilleur gestionnaire de paquet que j'ai pu essayer.

Bye Debian, hello ArchLinux

Bon, vous commencez à comprendre pourquoi je passe de Debian à ArchLinux sur mes serveurs ;-)

Debian est très utilisées sur les serveurs et je considère que c'est normal pour les entreprises qui ont un besoin de stabilité très important. Mais, pour les autres comme moi, qui ont simplement besoin d'héberger un blog, un VPN ou un cloud privé, pourquoi se priver d'une distribution comme ArchLinux ?

En effet, ArchLinux c'est l'assurance d'avoir un système au maximum de ses performances, grâce au rolling release et aux dernières versions de tous les outils dès qu'elles sont disponibles. Mais c'est aussi l'assurance d'un système dont on a un contrôle complet, grâce à sa légèreté. On sait exactement ce qui est installé et ce qui tourne.

Alors, ce qu'on reproche a ArchLinux et au rolling release en général, c'est le manque de stabilité. Debian Sid peut souffrir de problème de stabilité alors même qu'il ne s'agit pas totalement d'une distribution en rolling release. Mais je pense que dans ce cas, c'est normal, puisque Debian n'a pas été pensée et n'est pas gérée pour fonctionner de cette manière. Contrairement à ArchLinux. L'inconvénient de ce mode de gestion, c'est que la distribution est amenée à avoir des évolutions de certains éléments structurels, tel que la gestion des services avec le passage de SysVinit vers Systemd. Mais dans ces cas, le site ArchLinux.fr, annonce ces changements et indique étape par étape quelles sont les commandes à lancer pour ces mises à jour structurelles. En générale ce sont 2 ou 3 commandes faciles et bien expliquées.

Alors certes, le danger du rolling release, c'est d'installer une version de paquet, qui venant de sortir, peu souffrir de failles de sécurité, qui ne seront découvertes que plus tard. Mais d'une part, Debian qui ne propose, par soucis de stabilité que des versions qui peuvent avoir plusieurs années de retard, n'est pas exempte de mise à jour de sécurité. Il y en a toutes les semaines. D'autre part, vous limitez les failles de sécurité en installant uniquement ce que vous avez choisi d'installer (si vous n'utilisez pas SMB, votre machine ne risque pas de souffrir d'une faille de sécurité sur ce protocole). Et enfin, les mises à jour sont disponibles tellement vite, que les correctifs sont presques installables dès qu'ils sont publiés sur le net.

En revanche ce qu'on  reproche à ArchLinux, c'est qu'il faut avoir un niveau de connaissance suffisant pour l'utiliser. Oui c'est vrai, ArchLinux n'est pas a mettre entre n'importe quelles mains, il faut un minimum de bases en Linux. Mais, il existe un wiki officiel en français et un autre en anglais. On y trouve beaucoup d'éléments très utiles. Les deux wikis sont complémentaires et à utiliser ensemble, car ils n'ont pas toujours, d'un cote comme de le l'autre, le même niveau d'information.

C'est pourquoi, je conseille aux débutants qui veulent se lancer dans l'admin Linux, de se diriger vers Debian ou Ubuntu Server, mais pour tout les autres ArchLinux et pour moi la meilleure distribution serveur (pour un desktop je reste sous Ubuntu).

Je précise que je n'ai aucun intérêt à faire la promotion d'ArchLinux :-p

 


MAJ 09/10/2013
Bonjour à tous ! D'abord merci d'avoir pris le temps de me lire et de me répondre. Merci pour vos conseils et vos commentaires très intéressants. Ça se fait rare sur le net. Pour être franc je n'avais pas du tout imaginé que mon article lancerait un débat. J'ai lu tous vos commentaires avec attention et j’espère éclaircir un peu plus ma vision avec ces quelques lignes.

Tout d'abord, je précise que j'utilise ArchLinux depuis 3 ans, d'abord en desktop avec openbox (j'ai même rédigé un article à ce sujet) et Gnome Shell, ensuite en mini serveur au travers de mes Raspberry Pi et quelques VM. Donc non, je n'ai pas rédigé cet article "sous l'euphorie d'une première installation". Je ne prétend pas avoir autant d'expériences que ceux qui m'ont répondu en commentaire. D'autant plus que je travaille dans l'informatique, mais pas en tant qu'admin système.

C'est pourquoi, je ne donne pas d'exemple de situation professionnelle pouvant appuyer mes arguments. Mais de toute façon ce n'est pas l'objet de mes propos. En effet, j'indique dans l'article que "Debian est très utilisées sur les serveurs et [que] je considère que c'est normal pour les entreprises qui ont un besoin de stabilité très important". Donc oui, bien sûr, je suis d'accord avec vous. En entreprise les contraintes sont trop fortes pour utiliser ArchLinux. En revanche, et c'est bien le contexte de cet article, mes propres contraintes ne nécessites pas l'utilisation de Debian. Pour un simple serveur Web avec NGINX et PHP, pourquoi devrait me priver d'ArchLinux, qui va m'offrir plus de performance grâce à un système plus avancé technologiquement, qu'une Debian ?

Parce que les paquets sont pas assez matures ou que le système peut être difficile à maintenir ? Parce qu'il y a un risque trop grand d'instabilité avec ArchLinux ?

Bien sûr que maintenir à jour ArchLinux, ça peut s'avérer complexe en cas de grosse mise à jour. Oui, je le dit aussi dans l'article, Debian est plus facile à utiliser. Mais lorsqu'on choisi Debian pour son efficacité, on accepte d'avoir des paquets plus anciens. Et bien moi j'accepte d'avoir un système plus difficile à maintenir, car j'ai fait le choix du rolling release et de ses avantages.

Je répond rapidement pour le desktop et mon choix d'Ubuntu au lieu d'ArchLinux. Au cours de mes études à l'université, j'ai essayer plusieurs distributions "Desktop", sur mon PC portable avec lequel je prennait les cours, J'avais donc besoin de quelque chose qui fonctionne simplement avec le moins d'installation et de configuration à faire. J'ai essayé Kubuntu, Xubuntu, Ubuntu, Fedora, ArchLinux, et je suis revenu à Ubuntu. ArchLinux en desktop, c'est génial. Très long à installer et à configurer, mais je m'en suis sorti uniquement à l'aide des wikis officiels, dont je parle dans l'article. ArchLinux étant presque vide, il faut tout installer et configurer sois même mais une fois terminé, c'est un plaisir à utiliser. J'ai même réussi à faire fonctionner Bumblebee de meilleur manière sous ArchLInux que sous Ubuntu. Mais pourtant je suis retourné sous Ubuntu et ce pour trois raisons, très simples. La première, c'est Unity. Je sais que cet environnement n'a pas été très bien accepté par la communauté, mais pour moi c'est actuellement le meilleur environnement de bureau que j'ai pu essayer (et pourtant je les ai presque tous fait). Le portage d'Unity sous ArchLinux n'est pas terminé, et pour le moment il n'est pas très convainquant. Deuxième raison : lorsqu'on a terminé d'installer Ubuntu, tout fonctionne directement sans qu'on ai rien à faire. C'est pour moi un élément indispensable pour une distribution en desktop. Troisième raison, Ubuntu est en train de connaître un succès de plus en plus important depuis le lancement de Steam. C'est aujourd'hui la distribution Linux sur laquelle se concentre des entreprises comme Valve ou Nvidia. Et si on veux bénéficier de ces travaux et c'est mon cas, le mieux c'est encore de passer sous Ubuntu.

J’espère avoir apporté quelques réponses. Mon but n'est pas de dire qu'ArchLinux et meilleur que Debian, ni de vous convaincre de migrer vers ArchLinux. Je parle simplement de mon cas et de mes expériences.

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot tnsamb ?

#1  - loloemr a dit :

Salut,

en préambule, je précise que je n'ai absolument rien contre ArchLinux, mais
je me permet de répondre à tes arguments que je trouve peu convaincant.

"Mais, pour les autres comme moi, qui on simplement besoin d'héberger un blog, un VPN ou un cloud privé, pourquoi se priver d'une distribution comme ArchLinux ?"
Qu'est ce que tu pourras faire de plus sur ArchLinux que tu ne pourras faire sur une Debian pour ce type d'usage finalement tout à fait standard ?

"En effet, ArchLinux c'est l'assurance d'avoir un système au maximum de ses performances, grâce au rolling release et au dernière versions de tous les outils dès qu'elles sont disponibles."
Nouvelle version = meilleures performances est très loin d'être la norme. Exemple à la con : Office 3.0 est vachement moins gourmand que Office 2010 :). Sans oublier l'aspect buggés de nombreuses versions tout juste sortie.

"Mais c'est aussi l'assurance d'un système dont on a un contrôle complet, grâce à sa légèreté. On sait exactement ce qui est installé et ce qui tourne."
Si tu pars d'un Debian minimal, tu peux faire exactement la même chose. À moins que tu ais des exemples de service/daemon/autre installés dans Debian minimal et pas dans ArchLinux de base ?

"Mais dans ces cas, le site ArchLinux.fr, annonce ces changements et indique étape par étape quelles sont les commandes à lancer pour ces mises à jour structurelles. En générale se sont 2 ou 3 commandes faciles et bien expliquées."
Et tu trouves que c'est un avantage ? Je trouve que cela ajoute une lourdeur de gestion pour un serveur si tu dois vérifier avant chaque mise à jour qu'il y a pas des hacks à faire pour que cela marche.

"Alors certes, le danger du rolling release, c'est d'installer une version de paquet, qui venant de sortir, peu souffrir de failles de sécurités, qui ne seront découvertes que plus tard. Mais d'une part, Debian qui ne propose, par soucis de stabilité que des versions qui peuvent avoir plusieurs années de retard, n'est pas exempte de mise à jour de sécurité."
La rapidité des mises à jour de sécurité sur Debian n'est plus à prouver, les vieilles versions étant très rapidement patchée. Je ne vois encore pas d'avantage à Arch dans ce cas.

"Les deux wikis sont complémentaires et à utiliser ensemble, car ils n'ont pas toujours d'un cote et de le l'autre, le même niveau d'information." Devoir aller à la pêche aux informations dans deux docs différente n'est vraiment pas un avantage.

"C'est pourquoi, je conseil aux débutants qui veulent ce lancer dans l'admin Linux, de ce diriger vers Debian ou Ubuntu Server, mais pour tout les autres ArchLinux et pour moi la meilleur distribution serveur"
Je recommence mais pourquoi ? Avoir les dernières versions des programmes pour un serveur est vraiment une mauvaise idée (je parle en terme de fonctionnalités).

"(pour un desktop je reste sous Ubuntu)."
Bah franchement je comprend plus. S'il y a un point sur lequel je dirais que Arch est mieux que Debian, c'est sur un poste de travail. Avoir des fonctionnalités très à jour sur un Desktop me parait beaucoup plus important que sur un serveur. Et si tu aimes pas Unity, la version de Gnome Shell de Ubuntu est juste immonde et instable, donc tu dois utilisé autre chose, c'est pas possible autrement :)

Je précise à nouveau que je n'ai aucun problème avec ArchLinux mais simplement que je trouve tes arguments creux.

J'attends la suite :)

Répondre

#2  - Cascador a dit :

Hello,

J'ai sauté sur l'article dès que je l'ai vu sur le Planet Libre. Je suis un grand fan de Debian et ça fait un moment que je bave devant Arch pour me le mettre sur mon Desktop.

Par contre, je suis assez d'accord avec loloemr. Ce qui me fait mal à l'oreille, c'est le mot serveur. Je gère des serveurs en entreprise (sur Debian) et mettre une rolling release, c'est juste pas possible. On utilise clairement le même mot "serveur" mais pas du tout pour le même usage. Tu es plus proche de plusieurs pc (VM) avec chacun leur usage que de serveurs avec tout ce que cela implique.

loloemr a quasiment tout dit, je rajouterai juste qu'on verra d'ici un an si réellement ça t'a facilité la vie en terme de gestion et si ça vaut le coup en terme de performance et de sécurité. Pour un serveur perso, je ne vois pas l'utilité d'aller chercher loin dans les performances et la sécurité, il faut juste que ce soit simple pour ne surtout pas que ça devienne un truc chiant à gérer sur ton temps libre.

En tout cas, merci à vous deux pour ce débat fort intéressant.

Tcho !

Répondre

#3  - marcelo a dit :

Étant un utilisateur d'Archlinux sur mon desktop depuis plusieurs années et administrant des serveurs Debian et Centos, je ne peux que te déconseiller de mettre Arch sur ton serveur. Le but d'un serveur est de proposer un service avec la meilleur Qos possible. Sur ce point Arch n'est clairement pas ce dont tu a besoin. Car malgré les quelques commandes fournies en cas de mise à jour importante, de temps en temps une mise à jour vient mettre la zone dans ton système. La fraîcheur des paquets fait que tout le monde n'a pas forcement fait la mise à jour en même temps que toi et la résolution est dans ce cas vraiment compliqué (vécu : une journée de perdue à chercher le problème avant que le paquet soit mis à jour ...)
En conclusion : j'adore Arch sur mon desktop mais jamais il ne me viendrait à l'idée de l'utiliser sur mon serveur (j'aime pas serrer les fesses avant chaque mise à jour)

Répondre

#4  - Comète a dit :

Salut,

je travaille pour une collectivité depuis 11 ans maintenant et j'ai commencé par utiliser Debian pour nos premiers serveurs Linux. J'ai vite abandonné à cause du temps de développement trop long entre chaque mise à jour, ce qui nous empêchait d'utiliser des applis un temps soit peu récentes. Certes il y avait bien les backports mais cela devenait vite ingérable lors des mises jours officielles... Bref, j'ai découvert ArchLinux en 2003/2004 que j'ai tout de suite adopté sur mon desktop puis sur nos serveurs. J'étais un utilisateur heureux jusqu'à ce que le nombre de serveurs augmente, en effet le rolling release a un inconvénient majeur, c'est qu'au final tes serveurs finissent par ne plus être synchronisés en terme d'update. Plus il y en a et plus il devient difficile de les mettre à jour en même temps et au même niveau. Tu finis donc par ne plus les mettre à jour très souvent et à la prochaine modif importante de la distribution, tu vas laisser couler et puis en laisser passer quelques unes... Et puis un jour, il te faut absolument installer cette appli super importante qu'on t'a demandé pour hier mais zut, il te faut php 12 et ton serveur est encore en 5.3. Tu lances donc un pacman -Syu et là c'est le drame ! Ton pacman ne marche plus parce que tu as laissé passer trop de mises à jour... Et le plus con, c'est que tous tes serveurs auront le même problème... Je n'invente rien, c'est du vécu.
Pour résumer, sur ton desktop Archlinux ok, sur tes serveurs à partir de 3 à administrer, laisse tomber.
En ce qui nous concerne, nous avons opté pour OpenBSD, stable, sécurisé, simple et une nouvelle version tous les 6 mois. Chaque version est supportée 1 an. Ce qui permet de bénéficier d'applis récentes et d'un peu de marge pour mettre nos serveurs à jour et au même niveau.

Répondre

#5  - Nassim a dit :

Salut,

Je suis personnellement un très très grand fan d'Archlinux, je suis complètement amoureux de cette distribution que je ne quitte plus depuis un peu plus de cinq ans maintenant.

A la maison, l'ensemble de mes machines sont sous Archlinux, je n'ai jamais eu à réinstaller l'une d'entre elle, le rolling release joue bien son rôle même si parfois les "upgrades" ne se passent pas comme prévu.

Par contre, étant sysadmin de métier, je ne pense pas recommander au jour d'aujourd'hui Archlinux comme distribution serveur, il y a plusieurs raisons à cela. La plus évidente est la stabilité, en effet, les rolling release et surtout la mise à jour très rapide des dépôts d'Archlinux font qu'il y a un risque lors de mises à jour. De même, le rolling release impose l'upgrade car il n'y a pas à ma connaissance de politique de patching chez Archlinux, s'il y a un bug ou une faille de sécu, le paquet concerné est mis à jour à sa dernière version sur les dépôts, ceci est un problème en entreprise car les applications qui tournent sur les serveurs ne sont pas toujours "réfactorées" suffisamment pour être compatible avec les nouvelles couches système (PHP, les différentes libs,...etc).

Du point de vu de la sécurité il y a aussi des soucis, en effet, si pacman gère maintenant la signature des paquets, il n'en est pas le cas des pkg issues de AUR, il y a donc un risque potentiel.

Je ne suis d'ailleurs pas grand fan de Gentoo pour les serveurs pour des raisons similaires.

De grands groupes comme France Télécom sont même passés de Debian à Ubuntu pour bénéficier du LTS et rallonger la durée du support.

Bien entendu, pour un serveur dit personnel, il n'y pas d'enjeux business, on peut donc s'amuser à déployer un peu tout et n'importe quoi.

Moi par exemple, mon serveur perso est sous Debian 7 doté d'un kernel OpenVZ et j'ai des containers sous un peu toutes les plateformes : CentOS, Debian, Gentoo, Ubuntu. L'objectif à cela est de pouvoir travailler sur chacune de ces distributions et ainsi "garder la main".

Répondre

#6  - Pit32 a dit :

Je partage complètement l'avis de loloemr, et avoue avoir été piqué au vif par ces arguments. Cela m'a tout l'air d'un article rédigé sous l’euphorie d'une première installation d'ArchLinux. Et c'est vrai qu'elle est séduisante cette distribution! A fortiori lorsque l'on vient de l'univers Debian, avoir les toutes dernières moutures de nos logiciels en un coup de cuillère à pot (...de yahourt) peut sembler relever de la sorcellerie. L'install. de base se révèle en effet légère (très légère en disque et mémoire), et la documentation est plutôt pas mal.

Mais soyons serieux, à moins d'avoir une bonne raison (j'ai dis bonne...), installer ArchLinux sur des serveurs à vocation professionnelle relève de l'inconscience.

Répondre

#7  - AP a dit :

Je suis passé sur mes PC persos de Debian à Arch depuis quelques mois. Ma curiosité avait été piquée par "The Linux action show" à ce sujet. La frustration sous Debian d'avoir toujours quelques versions de retard m'a aussi poussé à me pencher sur Arch... et puis... un installeur qui vous balance un prompt direct, je suis conscient que ça rebute le novice mais pour ma part ça me fait glousser d'aise. :)

Arch est pratique pour tester toutes les dernières nouveautés, y compris liées aux dernières versions du noyau, sans avoir à recompiler quoi que ce soit. En revanche (et je rejoins les autres commentateurs), le revers de la médaille avec une "rolling release" est l'impossibilité d'établir une base de packages harmonisée et stable... ou alors il faudrait pouvoir créer artificiellement des "plateaux", regroupant des ensembles validés comme étant cohérents et maintenus au moins 6 mois... Bref, pour tester, bricoler, ok. Pour monter des serveurs "de prod" au boulot, hum...

Répondre

#8  - Thomas a dit :

Comme les autres commentateurs, je pense qu'Arch est bien sur un desktop qu'on aime bidouiller. Sur un serveur il vaut mieux une distribution bien stable avec des logiciels suffisament mûrs pour éviter les bugs de jeunesse.
De mon côté j'utilise slackware qui est très stable et suffisament à jour même pour du desktop.

Répondre

#9  - Zeph a dit :

Bonjour,
Je suis passé de OpenSuse à Ubuntu à Mint à LMDE et puis Arch pour mon Desktop et je suis comblé avec cette "Rolling release". Depuis 1 ans je m'auto-heberge et mon serveur est sous Arch et aucun sousci !!! Les seuls problèmes que j'ai pu avoir sur les mises à jour sont liées à l'interface graphique. Donc pour un serveur pas de problème. En 1 an une seul mise à jour un peu plus délicate le remplacement de netcfg par netctl (voir : http://wxproject.com/netctl.html). De plus pour ce type de mise à jour les anciens paquets reste disponible quelques temps et rien ne vous oblige à faire la maj tout de suite, idem pour le passage à systemd. Arch vous laisse le temps de vous documenter et une news vous indique la démarche à suivre. Je n'ai aucun souci avec les applications que j'héberge, elles aussi sont mise à jour :) Et pouvoir bénéficier des dernière nouveauté, même pour un serveur et quelque chose d'agréable. C'est comme ça que les choses avance en informatique, en allant de l'avant ...

Répondre

#10  - Fox074 a dit :

Bonjour à tous,

merci pour l'article et pour ajouter mont grain de sel en tant qu'utilisateur Debian sur mon serveur il ne me viendrait pas à l'idée d'installer un «rolling release» dessus.
Par contre il est clair que ça prend plus de sense sur un poste Desktop.
J'ai longtemps utilisé Arch dont j'ai été pleinement satisfait. Mais par curiosité j'ai installé une Gentoo qui est clairement intéressante pour apprendre à utiliser GNU/Linux mais pénible à l'usage.
Aujourd'hui j'ai trouvé le compromis idéale qui est SABAYON.
Une «Rolling release» basée sur des packages pré-compilés de Gentoo.
Toujours à la pointe des dernières nouveautés. Ils ont même une version de l'os de la Steam Box de Valve.
Bref si vous voulez vous amuser avec une nouvelle distribution n'hésitez pas à la tester.

Répondre

#11  - galex-713 a dit :

Sur serveur ? wtf…

Après sur bureau… si le patching et la liberté (ya bien Parabola, mais c’est moins connu et donc moins vérifié que Debian) étaient aussi intégrée à Arch qu’à Debian… Et surtout que Arch utilise systemd >< Si Debian ne le fait pas, c’est pas pour rien (et ya des gens qui passent à FreeBSD pour ça).

Et puis bon ya une profusion de développeurs Debian partout… des DD on tape dans un arbre et il en tombe tout en tas.

Répondre

#12  - Il Palazzo-sama a dit :

Je me joins au cortège des nombreux « Arch c’est génial sur le desktop, mais je déconseille sur serveur ».

À moins d’avoir du temps à consacrer à ta machine si tu la casse (ce que j’ai fait avec la màj de juin), je te conseille de rester sur une distribution plus stable. (même si ça te semble plus fossilisé que stable)

Personnellement, étant passé du chômage à un emploi en SSLL, j’ai réinstallé mon serveur perso sous Debian pour ne plus avoir à réparer mes erreurs de màj.

Répondre

#13  - Nassim a dit :

@galex-713 :

Alors là si tu crois que Debian va se passer de systemd tu rêves ! systemd est déjà packagé sous Debian, il n'est pas utilisé par défaut mais je ne doute pas que cela sera le cas dans Debian 8.

Personnellement, lors de l'adoption de systemd par Archlinux j'ai un peu été dérouté, l'outil m'a semblé bien complexe et difficile de prise en main. Mais derrière cette usine à gaz se cache des fonctionnalités très intéressantes.

Répondre

#14  - fylefou a dit :

Alors , en lisant le debut de l'article , je me suis dit, "chouette je vais apporter ma pierre ...", bein finalement pas la peine.
Je suis vraiment exactement dans la même situation que toi. Je suis developpeur , et j'utilise arch depuis 1 à 2 ans environ maintenant . idem pour mon server perso , ce qui permet de profiter des nouveauté apporté par php5, mariadb, python3.3 ou 2.7 etc.... + les web app dans les AUR(rouncube,myadmin, postfixadmin etc...)
alors oui , il y a eu quelques mise à jour fastidieuse. Mais au final au taff on est bloqué par sur une Lenny en prod qu'on ose plus mettre a jour. donc bon...
pour le desktop , c dingue mais je suis encore en phase arch/openbox , je me tatte pour tester gnome-shell voir revenir moi aussi a ubuntu pour les meme raison que tu as cité.
Donc voila j'allais me dire , bon pas de commentaire tout est dit , mais o final , ne serait ce que pour encourager le partage d'experience comme tu viens de le faire.
Staiven le double de pétaire

Répondre

#15  - xavier a dit :

Sans vouloir troller je suis curieux de savoir en quoi une amélioration des performances est meilleure pour un serveur. Genre ta page web va se générer en 55ms au lieu de 60ms ? Côté utilisateur, rien ne changera.

Et puis debian a également très peu de services, si tu coche aucune case il n'y en a aucun qui écoutent sur le réseau...

Répondre

#16  - Nassim a dit :

@xavier : Comme l'a bien expliqué l'autre, son objectif n'est pas de rechercher la performance mais de pouvoir "toucher" aux nouvelles fonctionnalités et pouvoir appréhender les améliorations présentent dans les versions récentes des différents logiciels qu'il exploite.

Sinon, pour l'ingénieur système que je suis, grappiller 5ms cela compte sur des infrastructures à forte charge.

Répondre

#17  - loloemr a dit :

@Nassim :
La question n'est pas d'optimiser pour de fortes charges mais de s'amuser sur son serveur.

@P3ter :
Merci pour tes précisions.

Toutefois je m'inscris clairement en faux par rapport à l'une de tes assertions :
"Pour un simple serveur Web avec NGINX et PHP, pourquoi devrait me priver d'ArchLinux, qui va m'offrir plus de performance grâce à un système plus avancé technologiquement, qu'une Debian"

Il va t'offrir les dernières fonctionnalités mais pas forcément une meilleure performance. Déjà qu'il n'est pas clair de voir la différence entre Arch et Ubuntu ...
http://www.phoronix.com/scan.php?page=article&item=ubuntu_arch_faster

:troll: il n'y pas de système plus avancé technologiquement qu'un debian :)

S'autohéberger correctement prend déjà du temps, sans besoin que l'on ajoute des difficultés dans la maintenance de l'OS. C'est à mon sens pour cette raison qu'il est préférable d'utiliser Debian que Arch.

Mais pour bidouiller c'est une autre histoire ..

Autre chose, tu connais ce projet ?
http://www.archserver.org/
Le fait qu'il soit mort ne présage pas grand chose de bon pour l'utilisation de Arch en serveur. Dommage que leur dépot git soit down, j'aurais bien jeté un coup d'oeil ...

Pour conclure, je dirais que si tu veux t'amuser à tester de nouvelles fonctionnalités via des paquets très à jour, le mieux est de te faire une VM Arch ou Debian experimental sur ton desktop, comme cela tu peux snapshoter, tout casser et tester de fond en comble tout en conservant tes services stable sur ton serveur.

Répondre

#18  - Bruno Adelé a dit :

Salut,

Hum je suis septique, étant sous Archlinux depuis environ 2005, certe pour moi Archlinux est la meilleure distrib orienté Desktop, j'en dirais pas autant pour la version serveur. j'ai fais le paris de tester de me monter une serveur sous Archlinux pour le site suivant http://www.informemoi.com/ à premiere vu c'est sensiblement identique que Debian avec en prime le Rolling Realease.

je dis bien à premiere vu, car je te dis pas le risque quand tu mets à jours ton serveur. Je me suis farci les dépendence imbriqué du filesystem et de systemd (suite à la team de passer de Udev à systemd). J'ai galleré plus d'une semaine pour résoudre le probleme afin de ne pas devoir tout réinstaller.

Malgré que je pense que Archlinux est l'une des meilleures distrib en mode desktop, je ne pense pas qu'a l'avenir je la réutiliserais en mode serveur.

Répondre

#19  - IDontKnowJack a dit :

Je n'ai pas encore essayé Arch. Si j'ai lu cet article, c'est parce que j'hésite à migrer vers Arch, ayant de nombreux soucis sous gnome avec Jennie...
Par contre, l'objet de mon envie n'est surtout pas liée aux serveurs. Pour information, j'utilise(utilisais) redmine pour le suivi de bugs de différents projets, installé en plugin sur apache. En passant sous Jessie, il y a eu un mise à jour majeure sur apache, qui a changé la façon de gérer les domaines virtuels. Du coup, pas moyen de faire fonctionner redmine, à moins de lire des pages et des pages de doc...
Ceci n'est qu'un exemple banal de risques à garder une distribution orientée bleeding-edge pour faire du serveur.

Répondre

#20  - Tuux a dit :

Bonjour,

Effectivement beaucoup de chose ont déjà été dites , a quoi bon répété 20 fois la même chose.

Je suis admin sys depuis 15 ans et admin réseau depuis 4 ans.

Mon boulot c'est de stabiliser des clusters de calcul, et vraiment les arguments en faveur de Arch Linux ne tiennent pas longtemps dans ces environnements.

Arch Linux est une bonne boite à outils mais la différence avec le SDK d'OpenWRT reste minimal.
Pareillement L'approch Debian Minimal sans desktop plus une compilation automatisé des sources venant de SID via apt-get "source" dpkg-buildpackage blabla reste presque identique.

Avec des outils comme APT on peux compiler et signer ces propres packages et les diffuser dans le réseau de l'entreprise pour le 500 serveurs de calcul en même temps.
Je ne vois pas en quoi compiler 500 fois et manuellement le même package apporte des avantages.
De plus c'est aux admin sys d'assumer que le système d’information est stable (et performant).

avant de répété 20 fois ce qui a été dit voici mon approche:

1) Installation brut (Sans ce poser de questions du moment que ca rends la main a la fin via VNC ou SSH)
2) Configuration (Le plus rapide sinon faut changé de métier)
3) Optimisation (Le plus dure , Cette phase peux durée des semaines)

Avec Debian les Phases 1 et 2 sont pas mal automatisé, on peux dire que dans 99% de cas , ca fonctionne Out of the Box. Mais rien de nouveau avec Debian la phase d’optimisation peux tourner à la catastrophe pure et simple. (En faite les DEVs veulent la version machin, avec le plugin truc BaaaHeuuu avec Debian c'est mort)

Sous Debian La phase d'optimisation est dure, Apt Souce build dependancy bla bla sera au menu.
Mais le résultat sera acceptable et surtout reproductible à grande echelle. Pas de secret il y a des optimisations que vous pourrez pas faire sous Debian à moins d'envoyer en production une compilation Manuel.

C'est à ce moment que l'on ce dit que Arch Linux nous aurait déjà sauvé depuis longtemps, mais c'est a mon goût une erreur .

Une entreprise doit pouvoir embaucher d'autres Admin sys qui devront à leur tour maintenir le système d'information de l'entreprise, avec une Arch Linux ça va faire choux blanc, et le risque de perte de contrôle du système d'information de l'entreprise va ce retrouver à de tel niveau que c'est simplement inacceptable. (Le risque étant le facteur d'exposition à un danger)

Désolé d'êtres l'un des moins positif sur l'utilisation de Arch Linux dans un environnement serveur.

J'ai évidement lu l'article , ces commentaires et ces mis a jour avec attention.

J'espère aider ceux qui auront de douloureux choix a faire entre bidouille et production

Allé je vous lâche un argument ou Arch Linux trouve bien ça place. Vous êtes développeur GNOME et vous voulez tester 3 fois par jour la dernière version du Bureau .
Abrégé vos souffrances utiliser Arch Linux et retrouvé le sourire : )


---
Tuux

Répondre

#21  - sqdz a dit :

L'article datant un peu, Valve travaille principalement sur du Debian. (SteamOS étant un fork de Debian).

Je n'ai pas assez d'expérience professionnel pour dire "tel distribution est meilleure", mais personnellement j'ai toujours préféré Debian. (son coté simple et stable). C'est sur celle ci où j'ai fais mes débuts, où j'ai progressé.. c'est sûrement l'une des raisons pour laquelle j'apprécie cette distrib.

Ton article reste intéressant, et je pense tester Archlinux par curiosité :-) (principalement pour son rolling release).

Je n'ai pas lu tous les arguments, cependant je rejoints Tuux.. Et je doute sur l'efficacité d'Archlinux coté serveur (non pas pour ses performances, mais plutôt dans un environnement d'entreprise).

C'est sûrement une erreur de ma part, mais je pensais que Red Hat / Cent'OS étaient les distributions plus utilisées en entreprise ?

Répondre

#22  - linuxien a dit :

Et pourquoi pas slackware pour les serveurs ^^?

Répondre